Fallait trouver un titre...

10 décembre 2007

Trinity : chanter, bosser, roupiller...

Une belle trinité donc...

Les cours sont finis pour les étudiants. L'envers de la médaille pour le prof : les moyennes, les commentaires, les bulletins de fin de trimestre... C'est que ça prend un temps fou.

Et puis se rendre à toutes les "Christmas Parties", de chaque département de la fac. Si tu n'y vas pas, ils vont être moyen contents. Donc tu y vas.

Et les concerts ; ceux où tu chantes, passe encore, des fois ça ramène des sous au bercail. Mais ceux où tu ne fais qu'écouter, ça devient un peu fatiguant. Les très bons - et il y en a, ne me faites pas une réputation de vilaine qui n'apprécie pas ce que les autres font ! - ça va.

Sinon, il fait beau ici. Ça change de la pluie...

Posté par Sunglow à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 novembre 2007

Bon bon bon

Après maintes aventures, ouiiiii, j'ai le net ! Youhou ! Vive la fac et la sécurité du réseau...

Donc voilà, je re-viens ; vous allez bien ?

Vive la vie. Assez remplie - entre les cours (mes élèves c'est les mieux), le chant, les copies à corriger, le mémoire...

Bref - d'ici peu, une note, promis, là, je suis naze. :o)

Posté par Sunglow à 19:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 septembre 2007

Ici Grandby

Des nouvelles !

Donc - je n'ai même pas eu à remettre le nez dans ze boutique qui schmoute, CAR !

Pour mon anniv, on m'a offert deux moisturizers, et un shampoing solide. J'ai pas encore tenté le shampoing (ma bouteille n'est pas encore finie, et je suis de celles qui finissent les bouteilles avant d'en commencer une autre - c le shampoing au citron miaaaam!), mais j'ai tenté le moisturizer à l'amande/noix de coco, tout ça.

Miam. Miam. Miam. Mon Soleil a essayé aussi ("tu crois qu'on peut les manger les copeaux ? Ce serait con de les laisser dans la douche, non?"... No comment), et j'avais envie de le croquer tout cru après... C'est malin.

* * *
Déménagement consommé, fini même, j'en suis à m'organiser pour m'occuper de mes rideaux (je suis tombée amoureuse d'un tissu, je VEUX l'utiliser pour faire des rideaux. Point.). La vie est belle, ma maison elle est bien.

* * *
SInon, j'ai mal à la gorge (temps de caca de pigeon), et je dois chanter dans un peu moins d'une heure ! Couraaaage... (All Blacks danse...)

Posté par Sunglow à 12:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 septembre 2007

Un petit questionnaire...

Tout le monde sait que j'adooooore les questionnaires qui vous font perdre un temps fou et généralement se ressemblent super beaucoup les uns les autres... J'ai découvert ça que le blog de Shopgirl, l'idée m'a pluuuu !

Donc voici pour vous, chers (et rares - yessss, moins de questions!) lecteurs :

Règles of ze jeu :

1] Laissez-moi un commentaire en me disant un truc aléatoire, comme vos paroles préférées dans la chanson que vous écoutez tout le temps ces temps-ci. Ou votre type préféré de sandwich. Un truc aléatoire. Ce qui vous tente.

2] Je répondrai en vous posant cinq questions pour avoir une chance de vous connaître mieux.

3] Vous posterez sur votre blog vos réponses aux questions.

4] Vous devrez inclure cette explication et offrir de poser des questions aux autres.

5] Vous donnerez cinq questions aux gens qui commenteront pour avoir des questions.

Et voici moi-même livrée par Shopgirl, en direct live pour vous :

1) Que préfères tu , chanter seule chez toi ou en public ?
J'aime chanter avec ma frangine - j'ai la soeur la mieux de la terre. Elle est bavarde comme pas cent, mais elle chante trop bien, et à chaque fois que je fais une invention perso sur une chanson, elle me rebuke avec une facilité déconcertante, et moi qui pourtant ai une grande gueule, je me retrouve comme une petite gamine, à rougir, à faire, ah bon, d'accord, et à continuer la guitare et la laisser chanter... Dingue, non ?
J'aime chanter en général. Tout le temps. Ca saoûle pas mal de monde. Seulement voilà : maintenant que je suis dans un choeur, je suis bien obligée d'être rangée, de chanter quand et seulement quand les altos sont sensées chanter... J'adorerai chanter seule avec un orchestre, donner toute ma voix, mais ladite voix est pas encore top niveau, et puis je suis toujours aussi nulle en musique (comment ça, c'est un do dièse ? Oui, je vois bien le petit signe devant la note, mais je trouve ça plus joli sans, tu vois ? Non ? Bon...).
Chanter, c'est donc tout un truc pour moi - chanter en public, je l'ai pas fait souvent. Avec les choeurs, si, d'accord, mais je trouve qu'on perd quelque chose de soi dans un choeur - la difficulté est de faire que nos voix s'emmêlent, pas qu'elles s'entendent individuellement... Mais dès qu'il me faut chanter toute seule, et tout le monde me regarde, j'ai toujours un peu de mal, parce que généralement quand ça arrive, le "public" est rempli de musicos, et donc, sentiment d'infériorité, blablabla...
Dites-donc, première question, et j'en dis des choses ! Que je n'ai jamais dites en plus... Les miracles du blog...

2) Lorsque tu es en Irlande, qu'est ce qui te manque le plus de la France ? Et inversement lorsque tu es en France ?
Mmmmhmm... Question difficile si je ne veux pas passer pour une morfale. Le manger ! Le bon manger, la qualité, la diversité... Oui, c'est bon les haricots blancs à la tomate et les petits pois, mais bon, y'a aussi d'autres choses dans la vie... Le vin pas trop cher. Dès que tu veux acheter une bouteille ici, il faut faire craquer le budget. Pfff. Les cafés. Pouvoir s'asseoir à une terrasse de café, regarder la vie suivre son cours (critiquer les gens qui passent, oui oui oui, j'assume la French attitude), lire un bouquin... Comprendre tout quand les gens parlent. :o)
Quand je suis en France - pouvoir rester dans ma bulle quand j'en ai envie dans la rue ou le bus. En France, c'est impossible, on comprend tout, sans écouter, on entend. C'est rageant. Le vert. L'accessibilité des gens. Pouvoir faire un gâteau au chocolat simplissime, et recevoir des éloges parce qu'en Irlande, on cuisine pas tellement quand on est djeuns (apparemment, je suis toujours djeuns). En France, faire un gâteau au chocolat, c'est 'normal' presque. On est trop fort.
Un truc qui m'agace en Irlande aussi, c'est que quand tu rencontres des Français, parce qu'on est Français, on se tutoie direct, et on est sensés être super potes. Ca m'agace. Je te connais pas, tu me connais pas, on a pas gardé les crocodiles ensemble, alors on s'approche doucement, tu veux ! Ah mais.

3) Irish coffee or english tea ?
Ben... Au risque de faire enrager mon Soleil, j'aime pas tellement le whisky... D'où, j'aime pas trop l'Irish coffee. Mais ayant travaillé dans un pub l'an dernier, je savais faire les Irish coffees ! Bon, j'ai oublié, certes certes, mais quand même !
Ceci dit, moi j'aime pas trop non plus les thés type "breakfast". Ca me perce l'estomac. Je préfère donc les thés différents  - là j'ai un thé à l'érable importé direct du Canada par une copine, deux ou trois thés verts à la menthe différents, dont personne ne peut dire la différence de goût sauf moi, et des thés fruités, et l'infusion Saveur du Soir, que j'ai ramenée de France, j'aiiiiime ! Donc, let's say, plutôt 'French' tea, car les Irish et English teas sont paaas bons. ;o)

4) Raconte moi l'un de tes rêves ...
Ah ben tu tombes bien, on est justement avec ma colloc dans un mois de rêves... Mes rêves sont souvent complètement weirdos. Je les écris généralement pour ne pas les oublier. Tiens, j'en retranscris un ici :
"Avec mon Soleil : on est avec un groupe d'amis à lui - le rêve est flou maintenant - dans ce qui semble être un balcon dans une église [ndr: mon Soleil chante dans le choeur de la cathédrale...]. Je sans pas trop comment ça se passe, mais ils se battent en rigolant, le sang gicle, ils meurent, se relèvent, je ne sais pas trop où me mettre, et puis tout d'un coup, ils se mettent tous sur mon Soleil, lui coupe la tête, toujours hilares (et lui aussi!). Puis ils la mettent dans le frigo - choquée, je la prends, et je commence à courir. On semble toujours être dans une église, je descends les marches du parvis, quatre à quatre, la tête sous le bras. Je reçois une lance dans le dos, elle me transperce de part en part, la tête tombe, je prends la lance dans mes mains, je tombe, la tête contre les dalles - juste le temps de voir mon Soleil se relever, arrêter de rire et dire - mais non, elle elle ne peut pas revivre après ! sur un ton factuel il me semble."
Et là ma mamn m'a réveillée.
Quelqu'un s'y connaît en lecture analytique de rêves ? Parce que celui-là me semble bien tordu...

5) Tu as enfin une journée de totale liberté , rien que pour toi. Que fais tu ? 
ENFIN ! Je me réveille doucement, je prends mon petit dèj TRANQUILLE, personne ne vient m'embêter dans la cuisine. Je gratte un peu, doucement, je prends un bain (oui, parce que j'aurais une baignoire à disposition, oui oui oui). Je me chausse, je vais me promener dans les bois, la campagne, les champs, le vert, quelque part. J'écris, je lis, le tout dans l'herbe, emmitoufflée dans un pull bien douillet, et puis s'il est gentil, mon Soleil peut venir, mais sans faire trop de bruit. On irait manger (français bien entendu) quelque part, et puis on se promènerait doucement, sans se presser. On parlerait.
Vacances, quoi. :o) Vivement ce week-end...

Voilà les gens ! A vous maintenant ! - et à moi de trouver des questions à vous poser...

Posté par Sunglow à 12:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 septembre 2007

Les chansons françaises, on les chante tous en choeur...

Sunglow change de maison la semaine prochaine... Donc, le compte à rebours a commencé, et à cette heure-ci dans une semaine, je serais en plein milieu des cartons et autres valises empruntées à droite à gauche, en espérant que tout tienne dans le taxi magique que je pense utiliser...

Et le soleil est toujours radieux sur ma planète. Je suis heu-reu-se.

Vous en connaissez beaucoup, vous, des qui vous emmènent dans un coin paumé en B&B pour votre anniv, juste tous les deux au milieu du vert, des vaches et autres moutons, avec des gens qui parlent un langage étrange, voire celtique, que personne comprend sauf le plus amoureux des amoureux, personne étant la plus amoureuse des amoureuses ?...

Donc voilà. Et puis la rentrée c'est "bientôt", "plus que" deux semaines, eh oui.

* * *

Et sinon, Winnie m'a suffisamment motivée pour que je fasse une plongée au pays du savon, boutique ô combien détestée pendant toute l'année (sur mon chemin, matin, midi et soir, et pas une seule entrée, mais des grimaces en passant devant...) - eh oui, nous parlons ici de LUSH ! Ze boutique qui pue. Bon - eh ben j'achèterai quelque chose, vu qu'avec ma cops on s'est promis de s'acheter quelque chose dès qu'on aurait trouvé un logement, et puis ben, le logement est trouvé dans mon cas...
Ah mais je vous raconte pas l'expédition... Les grimaces et autres pincements de nez plus ou moins discrets... Ils ont mis les shampoings solides au fond de la boutique, ces vaches ! On a dû traverser le no-man's-land lushien (pas un gars, que des filles ce jour-là) jusqu'au bout... Ce que nous fîmes, et nous découvrîmes sur notre chemin des ptits savons qui ont l'air sympas comme tout en fait. On tentera, et le résultat sera ici publié.
J'offre donc à Lush mes excuses pour les avoir snobés si longtemps, mais franchement, ça pue quand même la boutique, je maintiens. Ierk.

* * *
Engagement Party d'un ami de mon Soleil samedi soir... Mmmmhmm... Moment d'intense solitude. Je connais personne, je ne connais que vaguement ses amis à lui, mais alors la famille du monsieur et la famille de la dame, et leurs amis... Ben pas du tout... Et puis les Irlandais qui regardent leur équipe chérie se faire laminer la guoule par je-sais-même-plus-qui (ce qui prouve l'intérêt que je portais à l'événement), ce n'est pas très causant...
A un moment, ô combien symbolique de la soirée, monsieur était avec son frangin hyper-concentré sur l'écran (on est dans un hôtel-pub - et nous savons toutes la tête que ces messieurs peuvent avoir dans ces moments d'intense concentration), et mademoiselle-bientôt-madame était assise un peu plus loin, entourée de ses copines, à montrer sa belle bague diamantée à qui mieux-mieux... :o) Ca m'a fait sourire... J'avoue... On n'y peut rien, hein ?

* * *
J'arrête, paraît que je vais avoir des visiteurs, on va trop les gaver direct, hein...

Posté par Sunglow à 12:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]


05 septembre 2007

Back to Dublin!

Eh bien donc, retour dans ma ville verte.

Après plus de trois semaines de pérégrinations dans le beau pays de France ! Je vous raconte pas les festins et autres vins rares qui furent à cette occasion dégustés...

Monsieur Soleil est venu passer quelques jours à Toulouse, c'est passé comme un éclair ! Un week-end à la montagne, les Pyrénées, elles m'avaient manqué, vous imaginez même pas ! On a passé la nuit dans un refuge à 2.200 m d'altitude, il faisait froid dans le noir !

Et puis j'ai revu mes cousins, du côté fou, une ptite fiesta avec moults plats et autres salades, et puis ensuite quelques jours avec une super vieille dame (ma Mamie!)...

Et me voilà de retour ! Tout irait bien si mon manager ne m'avait envoyé un sms de dernière minute m'informant qu'en fait je ne travaille pas cette semaine... Mais j'ai besoin de sous, moi !

La rentrée du choeur hier soir, super sympa, vraiment, de revoir tout le monde ! Vous m'aviez manqué !

Posté par Sunglow à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2007

The Black Album

Je viens de finir ce livre époustouflant.

Extraordinaire. Jetez-vous sur The Black Album d'Hanif Kureishi.

Et tenez-vous les boyaux.

* * *
J'ai essayé de trouver une image de la couverture, mais sur Amazon, leurs couvertures sont nulles. La mienne est mieux : on y voit un homme à genoux dans une mosquée, la photo est sombre, et deux bandeaux noirs l'encadrent, en haut et en bas. Ca vous donne l'atmosphère.
Et non, Prince n'est pas sur la couverture.

Posté par Sunglow à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2007

Paris, je t'aime, je t'aime, je t'aime...

... d'amour !

Sunglow revient d'un ouïkèn en amoureux avec son Soleil. C'était de la balle, si vous voulez tout savoir.

On est arrivés vendredi soir taaard dans la nuit chez mes amis qui nous ont hébergés gracieusement, en nous offrant même des croissants le matin... Miaaam...

Samedi, on s'est baladés, voir Montmartre. Oui, je l'aime cette basilique. Même si tout plein de souvenirs qui y sont liés ne sont pas les meilleurs de ma vie ! Après avoir acheté un magnifique short en lin pour l'homme qui mourrait de chaud, on est allés boire un café avec mon oncle (qui tient un kiosque à journaux) - j'vous raconte même pas, faut se tasser.
Et puis on a mangé - c'était bien. J'aime bien bien manger - je reste française...
Puis on est allés voir les soeurs - on avait un magnifique gâteau au chocolat, je vous raconte même pas... Et blablabla, et blablabli, à l'ombre fraîche de leur jardinet en plein Panam...
Et puis - Polnareff nous a gueulé dans les oreilles (mmhmm - pas en fait - son micro était naze; on entendait les musiciens, et on chantait pour Polnareff), et puis une espèce de gros machin en métal s'élevait au milieu du feu d'artifice. Mais c'était quand même magnifique.
Et puis après, tout ce beau monde s'est dirigé vers leur maison, tout calme, mais une vraie foule, magache. Ils avaient bloqués tout plein d'endroits, de ponts, la passerelle était infranchissable, et deux policiers vérifiaient qu'on ne tente pas de traverser...

Le lendemain, on a traîné, on a (bien) mangé, et puis après, on est allés au Palais Garnier - mazète - voir La Fille Mal Gardée. J'ai ri ! C'était vraiment rigolo comme tout !
Et puis on est allés écouter un récital d'orgue à St Eustache (qu'on a manqué, eh oui... Je pensais que c'était à 6h, mais non, chers Parisiens, ne vous faites pas avoir! C'est à 5h30. Et allez-y, c'est magnifique!) - et puis un verre ou deux avec mes amis, et puis Notre-Dame et son film à 9h30, et puis un verre avec le célébrissime Al - cheeeeer mon frèèèère...

Et puis lundi, on a RIEN fait. C'était bien. On s'est baladé ceci dit, on a marché toute la journée, sans blague. On a (très bien) mangé, je suis passée à la fac vérifier que tout allait bien. Et puis on est passés au Monoprix, pour acheter du chocolat à ramener (du bon, du vrai, du merveilleux chocolat) et des cahiers (avec des vraies lignes).

Et vive les retards d'avion (deux heures !!!) - on est arrivés taaaaaaaaard à la maison (du coup mon Soleil est resté dormir à la maison, pas de bus pour rentrer à sa maison!)...

***
Vive les ouïkèn en amoureux ! On s'apprend, on apprend tout plein de choses sur l'autre. Et on s'aime d'autant plus qu'on se connaît mieux ! Ah, c'est beau l'amour...

Posté par Sunglow à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2007

Tu sais cette sensation...

Quand tu as mal quelque part, et puis tout d'un coup, plus. Tout d'un coup, plus. Ziouf ! Partie la douleur.

Quand j'ai mal, j'ai tendance - comme beaucoup je pense - à consulter mon Manitou Google. Google, c'est bien.

Bien - et du coup on trouve généralement le : Consultez votre médecin.

Mais voilà - moi j'utilise Google comme mon Manitou. Parce que je me vois pas aller voir un médecin par ici et essayer de lui expliquer mes problèmes, il faudrait que je revienne sur toute ma vie, ça serait long et casse-couille.

Alors sur les forums on trouve des petits conseils pour que ça aille mieux, na-tu-rel-le-ment. (remarquez le découpage en syllabes qui sépare sans pitié les deux l)

Et maintenant, ça va mieux. Vous imaginez même pas. Là, pof, tout d'un coup ! Ca va mieux...

C'est cooooool ! Tip top cool.

Posté par Sunglow à 13:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2007

Puisqu'on parle de moi jusqu'à Toulouse...

Ben je vais donner des nïouz.

A force de servir des burgers, même des bons, on se prend à dépérir quand on n'en a pas un pour déjeuner. Où sont mes frites ? Celles que je picore en passant devant les bains d'huile à frire ? Et la machine à jus zé smoothies ? Où vais-je puiser mes vitamines du jour ?

Et puis il pleut comme vache qui pisse. Mais genre, bien. Tout d'un coup, wroutch, rideau d'eau.

J'en connais des qui sont censés se faire un barbeuc ce soir - comment vous dire - ça me semble fort compromis. Encore que. Entre deux gouttes. Et puis les giboulées du mois de juillet, hein. Ca dure pas. C'est juste pour que l'Irlande reste verte. Ah mais. O-pti-mi-ste.

Nous vîmes une merveilleuse pièce hier, Soleil et moi. On a vu The Crucible. De Miller, bande de rétrogrades. Révisez vos classiques.

Même que moi non plus, je savais pas. Et que c'est long comme pièce. Et dur. Moralement, et donc, physiquement.

Retrouver tous les acteurs de la troupe - ah, lui, il jouait ça, tel rôle ; ohlàlà, ça lui allait mieux de faire l'officier romain, be it Brutus. Il est trop port-royal pour jouer une épave d'homme.

N'empêche qu'il a une voix ! Et un port de tête ! Ahlàlà. Sy faut, il a un caractère de cochon. Clair.

Pis il est irlandais.

Ceci dit, y'a des irlandais qu'ils sont très bien - aha. Votre servante a passé un w-e merveilleux, et va s'empresser de répéter l'aventure le w-e prochain. Autres temps, autres lieux.

Et on mangera du saucisson et du fromage et on boira du bon vin à s'en faire péter la panse. Na.

Vivement le feu d'artifice.

Vive le peuple ! Vive la démocracie quand y'a pas trop d'imbéciles.

Posté par Sunglow à 20:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]